l'âne de bretagne

25 mai 2012

salopard de pirate du web !

ma messagerie a été piratée : certaines personnes ont reçu un mail de ma part le 23 et le 25 mai et n'arrivent pas à ouvrir la pièce jointe où le lien donnés dans le message.

si vous ne l'avez pas encore fait, n'ouvrez pas ce message, je ne l'ai pas envoyé et en plus il va  filer la varicelle, pour ne pas dire la vérole à votre ordi !

désolée, je cherche une solution....

Posté par lanedebretagne à 20:57 - Commentaires [22] - Permalien [#]


18 mai 2012

un peu de bricolage maison

bricoles af 040bricoles af 043bricoles af 044bricoles af 045bricoles af 048

ces bricoles étaient coincées dans le placard depuis un moment, et commençaient à étouffer. je les ai sorties, elles sont parties prendre l'air....

(toutes ces broderies ont été faites avec les vidéos de Facile Cécile)

Posté par lanedebretagne à 22:13 - Commentaires [7] - Permalien [#]

06 mai 2012

tchin !

Posté par lanedebretagne à 21:20 - Commentaires [16] - Permalien [#]

03 mai 2012

j'habite ici

c'est le nom du reportage dont je vous donne le lien :

http://cotesdarmor.fr/les_grandes_priorites/la_ruralite/les_rencontres.html

 

42 minutes pour découvrir le département des Côtes d'Armor à travers ses habitants. Dommage, il a probablement été fait en hiver. Mais on y apprend quand même des choses intéressantes, entre autre que le Breton est têtu mais progressiste et solidaire, si si !

 

 

 

 

Posté par lanedebretagne à 09:16 - Commentaires [5] - Permalien [#]

11 février 2012

let's tag !

c'est Jeanne (encore elle) qui me tague : il faut que je vous dise 7 choses de moi que vous ne connaissez pas.

1) j'aime bien les rhododendrons

 

2) Pulchérie est une vieille copine de pension

 

3) j'ai cuisiné deux fois la potée franc comtoise de Jeanne, qui n'est pas une vieille copine de pension

 

4) je n'ai jamais été amoureuse de Jauni Ralidet

 

5) à 13 ans, j'étais amoureuse de  Julien Clerc

 

6) à 16 ans, j'étais amoureuse de John Lennon

 

7) finalement, j'ai épousé JP, et non rien de rien, je ne regrette rien.

Posté par lanedebretagne à 07:32 - Commentaires [8] - Permalien [#]


03 février 2012

à table !

Nina était une nana qui aimait les nouilles et l'herbe .Pendant que Nino ce grand nigaud, les cuisinait à la "carbo", Nina dans un nuage de fumée , voyageait, prête à atteindre, bonne nouvelle, le Nirvana. Des nymphéas, des nains et des noix dansaient devant ses yeux vitreux comme ceux d'un naufragé baignant dans une mer de nitrate. Nino, descendant d'une vieille famille noble et noctambule notoire, cuisinait comme un Dieu !

Au dessert, il y aurait du nougat, puis plus tard un thé nature servi dans la nacelle qui abritait leur lit sous les toits.

Un coup de sonnette fit sortir Nina de sa torpeur. Pulchérie se tenait devant la porte. Avec une nuance de colère dans la voix elle dit à NIna : je t'ai laissé neuf messages et  tu n'as répondu à aucun !

Que nenni, rétorqua Nina, tu ne lis pas tes mails ?

Nino, d'un ton neutre, dit à l'intruse : Pulchérie, quelle surprise ! Il savait qu'elle aimait chercher des noises et pour la calmer l'invita à partager leur festin.

Une heure plus tard, béate de reconnaissance, Pulchérie l'oeil aguicheur,  susurra à Nino : tu es le roi de la nouille  et Nina a bien de la chance ...

Repas concocté pour les mots en N d'Asphodèle  . les ingrédients étaient les suivants : nouvelle, notoire, nigaud, nature, nuance, nacelle, neutre, noix, naufragé, nuage, nirvana, nana, nymphéa, nouille, noble, noise, nitrate, nenni, noctambule, nougat, neuf.

Posté par lanedebretagne à 10:32 - Commentaires [22] - Permalien [#]

07 janvier 2012

dépaysement

Mélancolie avait le choix :

MOSCOU , visiter le Kremlin, le Mausolée de Lénine,  boire un chocolat au café Pouchkine, écouter les murmures de la Moskova le soir au fond des bois.

LES PAYS BAS, admirer les champs de tulipes rouges et jaunes, de crocus mauves, manger du fromage de dames, regarder tourner les ailes des moulins.

LONDRES, assister au mariage de Kate et William, suivre à pieds les méandres de la Tamise, voler de la marmelade d'orange chez Harrods, et déguster des oeufs au bacon accompagnés d'un thé "Mélange des Indes".

BRUGGES, faire un tour sur les canaux sur une minuscule embarcation, engloutir des dizaines de pralines, déjeuner de filet américain et de gaufres, acheter des mouchoirs en dentelles du pays.

LA FLECHE, visiter le zoo, rire avec les singes, s'attendrir à la vue des lionceaux tétant leur mère, rêver d'être, comme les caméléons, capable de mimétisme, avoir la larme à l'oeil devant l'air misérable des lémuriens captifs.

Que de merveilleux voyages en perspective !

Elle avait le choix, trop de choix.

Mais comment trancher ?

Au petit matin, sa décision était prise, elle ferait une partie de golf miniature à Tourcoing et elle porterait son imperméable à martingale pour l'occasion...

Les plumes d'Asphodèle : les mots en M

il fallait caser : matin, mélancolie, mariage, moulin, mausolée, minuscule, marmelade, mauve, mouchoir, mimétisme, miniature, merveilleux, méandre, murmures, martingale, mélange, misérable.

Posté par lanedebretagne à 00:01 - Commentaires [22] - Permalien [#]

02 janvier 2012

bonne année active et iodée

vacances 2011 028vacances 2011 024

pour les tricoteuses et les pêcheurs

ou bien 

pour les tricoteurs et et les pêcheuses

une année 2012 pleine de créativité et de vacances

 

 

Posté par lanedebretagne à 10:49 - Commentaires [15] - Permalien [#]

31 décembre 2011

désillusion

Du toc, le salaud, c'était du toc !

Une fois de plus on s'était moqué d'elle.

Dans le petit paquet offert par Emile, Pulchérie avait trouvé un diamant monté sur un anneau d'or. Tellement heureuse, malgré le départ de son amoureux pour la Chine, elle avait montré la belle bague à sa copine Janine, qui était vendeuse dans une bîjouterie de Paimpol. Janine avait observé avec attention le diam à la lumière ; le verdict était tombé : lamentable, c'était du toc , le diamant, mais aussi l'anneau ! Il avait du gagner la bagouze dans une tirette à deux balles de la Fête Foraine annuelle du coin...

Bizarrement, Pulchérie se redressa fièrement : pas question de donner dans les larmoiements, elle allait reprendre sa liberté, laisser tomber ce loustic d'Emile. Il apprendrait qu'agir avec tant de légèreté était impardonnable. Il pouvait bien vivre chez les niakoués si ça lui chantait,traîner dans tous les lupanars de Changaï ou de Canton, faire deux ou trois lardons à une pékinoise, ça lui était égal ....non mais...

Pour l'aider à faire passer la pilule, Janine l'invita gentiment à la Lanterne du Lutin, restaurant costarmoricain réputé pour sa cuisine originale et son décor plus que loufoque. Après avoir dévoré un repas pantagruélique et arrosé de moult boissons alcoolisées, les deux copines sortirent , prêtes à tout casser dans la petite maison du traître. Elles firent ensuite la tournée des bars du coin, luttant au coude à coude chacune à leur tour pour atteindre le comptoir , et bientôt Emile ne fût plus qu'un lointain souvenir dans le cerveau embrumé de Pulchérie.

Vers trois heures du matin, elles s'écroulèrent hilares et titubantes sur la plage de Keranna , là où les amours des deux anciens tourtereaux commencèrent un dimanche.

Ce soir là, la lune était pleine, un vrai temps de loup garou, dit Janine. Elle croyait voir des milliers de  lucioles sautiller sur la mer, et des farfadets courir sur les dunes. Un ronflement lui apprit que  la fiancée éplorée avait sombré dans un profond sommeil.

contribution pour les mots en "L", jeu imaginé par Asphodèle

il fallait placer ces jolis petits mots là : lumière liberté lutter lamentable larmoiement loup lardons lune lanterne lointain lupanar loustic légèreté loufoque luciole lutin

Posté par lanedebretagne à 00:01 - Commentaires [22] - Permalien [#]

16 décembre 2011

love story

Son poisson rouge était mort noyé alors qu'elle avait 7 ans, et depuis ce jour Pulchérie ne voulait manger ni poisson, ni crustacé. Mais Émile, le fils du boucher, qui n'aimait pas la viande la fit rapidement changer d'avis.

Le lendemain du bal des pompiers, comme prévu, elle avait fait une promenade sur la plage de Keranna et Émile n'avait pas tardé à faire son apparition. Ils étaient devenus copains (comme cochons)voire plus, parcourant, enlacés, des kilomètres de plage, se baignant, échangeant des kyrielles de baisers, sous l'oeil outré des vieilles qui prenaient le soleil l'après midi, toute coiffe dehors !

Parfois ils allaient à la pêche aux krills. Émile les faisaient griller sur un barbecue de fortune posé à même le sable, Pulchérie mangeait goulûment avec les doigts, en regardant amoureusement son promis. 

Il la charmait en lui contant des histoires de kangourous et de koalas, jolies bestioles qu'il avait pu admirer lors de ses voyages autour du monde. Il racontait la cueillette des kiwis, l'extraction du kaolin, les marchés aux épices, les odeurs, les bruits et les couleurs.

Il faut dire qu' Émile était dans la marine,. Pulchérie aurait préféré l'armée de terre, elle avait un faible pour la tenue kaki et le képi assorti.(sa mère lui avait pourtant dit plus d'une fois que toucher le pompon d'un marin portait bonheur) Heureusement, il n'était pas pilote de chasse, elle avait les kamikazes en horreur.

Leur histoire d'amour les comblait tous les deux, ils faisaient des projets, tout allait pour le mieux. Mais depuis quelques jours, la belle avait le bourdon. Ben oui, un marin c'est pas toujours en perm, ça doit naviguer de temps en temps, et son amoureux allait reprendre la mer, partir pour l'Asie , sur la Jeanne !

Il parlait de son voyage avec tant de faconde qu'elle s'inquiétait ; reviendrait-il ? ne trouverait-il pas une fiancée aux yeux en amandes , là bas ? Il n'y avait pas plus joli garçon de Kerpert à Kergrist Moëlou, de Kerfot à Kermaria Sulard ! Alors , c'est sûr , de l'autre côté de la planète, il en ferait chavirer plus d'une...

Elle essayait de masquer sa tristesse, mais il n'était pas dupe. Il lui promettait des merveilles pour son retour : la bague au doigt, la casbah, un p'tit Lucas, une p'tite Léna. Pour la faire patienter , du Japon il lui enverrait un  kimono .

Le jour du départ arriva. Pulchérie en larmes s'accrochait au bras de son beau marin. Le khôl dont elle avait bordé ses paupières traçaient deux petits routes grises sur ses joues.

Soudain, Émile sortit un tout petit paquet de sa poche. Elle déchira fébrilement le papier. Émue, elle leva vers lui des yeux plein d'étoiles ...

 

c'était mon histoire avec les mots en k  (ou encas!)d'asphodèle.

Posté par lanedebretagne à 23:39 - - Commentaires [16] - Permalien [#]